LA TECHNIQUE ERIC TAVELLI

Une technique simple, inspirée par les grands maîtres et adaptée à toutes les voix.

MA RENCONTRE AVEC LES MAÎTRES DU CHANT

Avant d’être professeur, je suis d’abord chanteur et je suis passé moi aussi par le chemin de l’élève. J’ai étudié notamment au Conservatoire National Supérieur et à l’École de l’Opéra de Paris. Des institutions prestigieuses, pourtant, il me manquait toujours des éléments techniques pour devenir un grand chanteur. 

Ma rencontre avec Luciano Pavarotti fut déterminante. J’ai eu la chance d’être son élève pendant sept ans. Il m’enseigne alors sa technique qui me révèle vocalement.  Il me confie les secrets des grands chanteurs du passé (Caruso, Gigli, Björling) : comment chanter sans forcer, et sortir toute la plénitude de ma voix.

Mon deuxième maître a été Franco Corelli, l’une des plus grandes voix du XXème siècle. Il m'a appris l'ouverture de la gorge et l'appui diaphragmatique pour sortir mes très grands aigus à pleine voix. Grâce à sa technique, j’atteins des sons que je croyais hors de ma portée. 

Comment en un geste on transforme un chant moyen en un chant épanoui, un chant miraculeux ? Ne plus pousser la voix mais la recevoir et la faire rayonner dans tout son corps ? Tel est le secret des grands maîtres que je transmets à mes élèves à chaque cours.

En effet les grands chanteurs de variété, comme Barbara Streisand ou beaucoup d'autres stars anglo-saxonnes, utilisent une technique qui vient du classique. Elle n’est quasiment pas enseignée en France en variété. Pourtant, pour chanter comme elles, il est indispensable d’appliquer non seulement l’ouverture de la gorge mais aussi un appui diaphragmatique. (Il n’est pas anodin que Mariah Carey ait été formée par sa mère qui venait du classique). Je propose les deux écoles et c’est pour cela que ma technique est totale et adaptée à absolument tous les styles de voix, du rappeur à Jane Birkin, à Céline Dion, au chanteur d’opéra.

 

LE DIAPHRAGME ET LES DIFFÉRENTES VOIX

Il y a pour moi deux modes essentiels : 

  • diaphragme haut toujours avec une tenue du ventre pour la colonne d'air, pour les chants de variété type Michael Jackson, Stevie Wonder, Angèle... 

  • diaphragme bas : plus le chant est dramatique et fort, plus on baisse le diaphragme et plus on ouvre la gorge. C'est la technique pratiquée par Lady Gaga, Mariah Carey, Franck Sinatra, etc. et les chanteurs d’opéra.

 

Pour moi un artiste complet peut jouer avec ces deux types de voix selon son style et son inspiration. Par exemple, Ella Fitzgerald ou Adèle trouvent une singularité dans leur style car elles sont intermédiaires entre ces deux modes. Elles jouent avec les deux. Mon but est d'enseigner aux élèves toutes les possibilités qu'ils peuvent avoir avec leur voix. 

LA PLACE DE LA VOIX

La place de la voix dans le masque est le fondement de ma technique. J’apprends aux élèves à placer leur voix dans les cavités de résonance. Pour les chanteurs, mais aussi les comédiens, ou toute personne qui s’exprime en public, il est indispensable d’avoir une voix bien placée car elle porte sans avoir besoin de forcer et l’émotion passe beaucoup mieux.

Ma technique est la suivante :

  • Plus on monte dans l'aigu, plus la voix doit être envoyée haute dans la tête, jusque derrière la tête pour les suraigus. 

  • Ne jamais forcer la voix. Si on a besoin d’envoyer la voix plus loin, on utilise le soutien, la colonne d’air.

  • Je pars de la voix parlée de l’élève. Pour moi la vraie personnalité de la voix vient de la voix parlée, mais bien placée. La voix est alors naturelle. On doit chanter comme on respire, c’est-à-dire naturellement.

  • L'art du chant c'est l'art du Legato". J’apprends un chant lié, comme une caresse.

L’objectif du chanteur est d'avoir la sensation de tirer le son à lui. Il inspire alors sa voix dans les résonances. Et quand il monte dans les aigus, il fait vibrer tout son corps. Pour moi, l'instrument du chanteur c'est son corps tout entier. 

 

LA COLONNE D'AIR

La colonne d'air est fondamentale. Elle est le lien entre le soutien vers le haut ou le bas et les résonances. Elle permet de projeter la voix dans les résonateurs. La voix doit toujours être placée dans le masque quelle que soit la technique appliquée. Si la voix n'est pas placée dans le masque elle tombe dans la gorge. Or, on ne doit pas plus sentir la voix dans la gorge que la vue dans les yeux.

Dans la plupart des écoles de chant et de théâtre on n'en parle pas assez alors que c'est essentiel pour le placement de la voix et sa projection. 

En classique, les chanteurs chantent sans micro. Le chanteur est donc obligé d'avoir une émission qui porte. Sinon il n'existe pas. En variété, on cherche davantage un style, une émission moins poussée, plus proche du parler, mais avec les mêmes bases de technique : la poussée dans les résonateurs, avec une largeur plus ou moins grande en fonction du style. 

Par exemple, un artiste comme Prince pousse en général la voix vers le haut. Il appuie rarement sur le diaphragme vers le bas. Alors que Whitney Houston place son diaphragme en haut la plupart du temps mais abaisse progressivement son diaphragme en avalant le son pour produire ses splendides aigus à pleine voix. Par ailleurs, elle abaisse progressivement son larynx en montant dans les aigus, pour provoquer l’ouverture de la gorge. C’est un mouvement très important que j’apprends à mes élèves.

LA VOIX MIXTE

Observez un bébé. Il peut pleurer des heures, des jours, sans se fatiguer la voix et avec une très grande portée. Sa voix est naturellement placée et soutenue à la perfection. Nous perdons petit à petit ces qualités en grandissant, notamment dans notre société où il ne faut pas faire de bruit, être dans la retenue.

Avec certains artistes, je cherche à retrouver cette vérité, cette pureté de l'enfant. C’est pourquoi je fais trouver à mes élèves cette voix « mixte », à partir de la voix du bébé qui pleure. Elle n’est à mon sens ni vraiment de poitrine ni de tête. C’est une autre voix, que je mélange à la poitrine pour trouver des fréquences plus riches, plus concentrées et produire plus facilement les aigus. Les élèves peuvent gagner une octave grâce à cette voix ! Elle est beaucoup utilisée par les américains, notamment les chanteurs de Gospels, les voix afro-américaines. Aretha Franklin, par exemple, la met souvent dans son chant pour donner d’autres piliers à sa voix. La voix mixte rend les aigus plus puissants, plus grands, plus fous. Tous les artistes à qui j’ai fait travailler cette voix sont impressionnés par les possibilités extraordinaires qu’elle leur a apportées.

LE MIMÉTISME

Selon moi, le principal enseignement du chant c'est l'exemple. Je montre toutes les positions et sons pour que vous puissiez les répéter. Comment trouver une place de voix seulement avec des explications et sans entendre le résultat ? L’élève apprend beaucoup en imitant et cela facilite l’apprentissage.

 

​L’INTERPRÉTATION

L'interprétation n'est pas une option. Tout son doit être incarné, même les vocalises, car cela facilite le placement de la voix. Il n’y a pas selon moi de dichotomie entre technique et interprétation. Je fais donc travailler aux élèves l'intention pour tous les sons. Grâce à cela, la voix se place naturellement dans les zones émotionnelles connues du corps, comme une sorte de mémoire inconsciente.